Pourquoi avoir un espace dédié à sa pratique à domicile ?

Dernière mise à jour : 29 nov. 2021

Et comment l'installer ? Que choisir pour le décorer ? Est-ce qu'il DOIT être décoré d'ailleurs ? Doit-il être près d'une fenêtre ? Ou est-ce qu'il doit simplement exister ?


Indice, la réponse est dans la question. Pour pratiquer à domicile, vous avez simplement besoin d'un espace dans lequel vous vous sentez bien et (surtout) dans lequel on vous fout la paix. Donc, idéalement, pas au milieu du salon pendant que votre partenaire regarde la télé. L'idée c'est d'éviter les centaines de petits signaux extérieurs auxquels on est constamment exposés pour pouvoir vous concentrer sur votre pratique, sans distraction. Même si c'est juste cinq minutes (bon si c'est un peu plus, c'est pas mal).


Déco or not déco ?


Bougies, plantes, pierres, cristaux... Que vous ayez envie de le décorer, ou pas, ça relève entièrement de vos goûts et préférences. Vous n'avez pas besoin d'afficher un poster de Ganesh (no offense, je n'ai rien contre Ganesh) pour que votre espace soit yoga-proof. Et si c'est le cas, merveilleux ! Ce qui compte c'est que vous ayez un espace à vous, vers lequel retourner à n'importe quel moment - que ce soit pour faire du yoga ou quand vous avez envie de vous retrouver, d'écrire, de dessiner... (ou sans raison particulière en fait).


Que ce soit un coin du salon ou un hamac dans le jardin, à votre bureau ou dans une pièce entière, c'est un espace dans lequel vous vous sentez bien et protégé.e.


Avoir un espace à soi pour pouvoir s'en évader

The paradoxe. Maintenant qu'on l'a trouvé, on veut s'en échapper.


En fait c'est parce que vous avez cette certitude, ce confort et cette sécurité "physique", que votre esprit peut s'égarer, s'éparpiller, s'élever et se recentrer. Alors, écoutez votre boussole intérieure et, où qu'il soit, trouvez ce coin à vous. Cet espace "reset". Décorez-le ou laissez-le tel quel. Mais choisissez-le et protégez-le.

“Lock up your libraries if you like; but there is no gate, no lock, no bolt that you can set upon the freedom of my mind.” A room of one's own - Virginia Woolf,